Vendre son bien sans en avoir l’air avec la vente à viager

Savez-vous ce qu’est une vente à viager ? C’est LA nouvelle tendance immobilière en Belgique. C’est notamment une bonne alternative pour les séniors d’arrondir leur fin de mois et de mieux vivre leur retraite. Mais en quoi cela consiste-t-il ? Quels sont les avantages ? Comment faire une vente à viager ? Le point. 

Une offre qui s’adresse aux propriétaires séniors uniquement

Quand on parle de vente à viager, on pense directement aux séniors. Il faut en effet être âgé de plus de 50 ans pour prétendre à ce genre de transaction. Et en plus, vous devez justifier de la propriété d’un bien immobilier.

C’est une vente immobilière. C’est-à-dire que vous allez mettre en vente votre bien, mais pas n’importe comment. Les modalités d’une vente à viager sont bien spécifiques. Les acheteurs doivent convenir avec vous d’une rente mensuelle qu’ils seront obligés de verser tous les mois, et ce, jusqu’à la fin de votre vie. Cette rente remplace le prix de vente du bien immobilier. Mieux ! Les acheteurs vous versent cette rente à mensualité fixe et via un mode de versement que vous convenez à deux, le tout sans pouvoir utiliser le bien avant le jour de votre décès.

 

Les avantages de la vente à viager pour les séniors

La vente à viager est surtout une solution proposée par l’expert en comptabilité Ixelles pour permettre aux séniors de mieux vivre leurs vieux jours. Et pour cause, il s’agit d’une vente immobilière, mais qui prend des hersages de vente location dont ceux qui profitent le plus sont les propriétaires séniors. Et pour cause, non contents de toucher une rente tous les mois, ils continuent de profiter de leur maison, et ce, jusqu’au jour de leur décès. Cela fait en effet partie des modalités d’une vente à viager. Les acheteurs ne peuvent prendre possession des lieux avant le départ du vendeur.

Mais la vente à viager permet aussi de faciliter la succession. Selon l’expert en comptabilité Ixelles en effet, les biens immobiliers sont source de conflits entre les héritiers lors de l’ouverture d’un testament. Sans compter qu’il y a d’énormes frais pour toucher le bien, faire la mutation immobilière, etc. C’est bien mieux de vendre de votre vivant pour éviter les problèmes à votre descendance. Et puis, rien ne vous empêche de leur léguer de l’argent ou des biens plus faciles à partager.

 

Comment se lancer dans la vente à viager ?

Comme pour n’importe quelle transaction immobilière, la vente à viager se fera avec un courtier. C’est plus facile. Il usera de son savoir-faire et de ses connaissances du marché pour séduire les investisseurs et pour assurer la prospection de votre bien. Aux primes abords, il n’y a rien qui différencie ce type de transaction à une vente classique.

C’est dans le contrat que tout se joue. Quelques mentions obligatoires viennent différencier la vente à viager d’une opération classique. Notamment, il faudra préciser qu’il s’agit d’une « vente à viager ». Ensuite, il faudra apporter quelques précisions sur l’importance de la rente et les dates de mensualités ainsi que les modalités de payement en tout genre. Bien évidemment, il faudra signer et dater le contrat de vente à viager. Et surtout, vous devez préciser le nom du vendeur et de l’acheteur. Enfin, pour vous assurer de la légalité de la démarche, vous devez enregistrer la vente auprès d’un notaire.

Pour ce qui est le prix de la rente, vous allez le fixer avec votre investisseur. Vous pouvez demander l’avis d’un expert et vous fier à la valeur du bien à vendre. Toutefois, ce n’est pas aussi facile que la vente classique. Vous ne devez pas oublier que l’acheteur devra s’acquitter de cette rente jusqu’à la fin de sa vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *